Twittclasse « Centenaire de la Grande Guerre »

pédagogie de projet numérique, TICE

Description

Le projet : l’usage d’un outil d’avenir (Twitter) pour mieux connaître le passé. Deux questions sont à l’origine du projet : “Qui sont les poilus inscrits sur le monument aux morts de Têche ?” et “Que signifie le mot « front « ? »

Cet article vous est proposé par Madmagz

Points-clés

  • Projet pédagogique : Twittclasse « Centenaire de la Grande Guerre »
  • Objectifs pédagogiques : Expression écrite, compétences TICE, approfondissement des connaissances, développer la conscience citoyenne
  • Responsable du projet : Rachel Penin, institutrice
  • Établissement : Ecole élémentaire Têche
  • Niveau scolaire : CE2/CM1
  • Matière : Histoire
  • Ressources et outils : Twitter (@CECMTeche), OpenStreetMap, le tableau blanc interactif (TBI), et les 3 ordinateurs de la classe

Contexte et objectifs pédagogiques

Contexte

Comprendre le passé en twittant ? Cette idée peut paraître paradoxale mais elle s’est avérée être un véritable levier pour communiquer, travailler avec des partenaires, servir les apprentissages et impliquer tous les élèves. Elle résulte d’une réflexion engagée dans le cadre d’une formation départementale destinée aux professeurs des écoles souhaitant investir dans leur enseignement la thématique de la Grande guerre.

A l’occasion de la célébration du centenaire de la première guerre mondiale, les élèves de la classe de CE2-CM1 de l’école de Têche ont œuvré pour connaître les « poilus » dont le nom figure sur le monument aux morts de leur village. L’usage du numérique s’est inscrit comme une évidence pour mener à bien cette recherche.

Chacun s’est engagé dans une dynamique collective porteuse de sens : les élèves de l’école ainsi que d’autres camarades de classes rurales isolées, les habitants du village, l’IEN de la circonscription, les personnes ressources TICE, les associations des anciens combattants.

Finalement, tout le village s’est pris au jeu et s’est mis à l’ère du numérique….et la classe a fini sous l’Arc de Triomphe pour raviver la flamme du soldat inconnu !

En quelques mots :

  • Envie de participer à la commémoration du centenaire de la Grande Guerre.
  • La classe, située en milieu rural, avait besoin de s’ouvrir vers l’extérieur, d’établir des contacts avec la zone de « front », de partager ses informations sur « l’arrière ».
  • Volonté de donner du sens aux apprentissages en les intégrant dans un projet.
  • Volonté d’intégrer, dans mon enseignement, les outils usuels numériques, source de motivation pour les élèves.
  • Volonté d’éduquer, en contexte, les élèves à un usage raisonné du numérique.

Objectifs pédagogiques

  • Développer la conscience citoyenne et historique
  • Connaître l’histoire du village lors de la Première Guerre Mondiale
  • Développer la maîtrise des outils du web 2.0
  • Développer l’expression écrite dans la communication

Acteurs-clés du projet

  • Les 22 élèves ( 9 CE2 et 13 CM1 ).
  • Un groupe d’aînés du village à qui j’ai expliqué mon projet et qui se sont immédiatement mis à faire des recherches dans leurs greniers, leurs souvenirs…..Ils sont venus à l’école le mercredi 1er octobre pour montrer, raconter,expliquer aux élèves ce qu’ils avaient trouvé.
  • Les animateurs TICE ( Anne Jacob et Jean-Christophe Dye ) avec qui les échanges;les conseils, les apprentissages, l’écoute ont été ( et sont ) constants.
  • Le maire du village, Mr Falque, et son conseil municipal qui m’ont demandé d’exposer le résultat de nos recherches lors de la commémoration du 11 novembre. Ce jour-là, le travail des élèves a été révélé à toute la population. .
  • Mme Françoise Vavon qui m’a contactée pour me proposer de participer à la plateforme Demotice, qui met en avant des enseignants pour lesquels numérique et pédagogie sont étroitement liés, lors du salon Educatec-Educatice.
  • Plusieurs associations d’anciens combattants ( ONAC, Souvenir Français, Fondation Maginot ) qui m’ont aidé financièrement pour organiser un séjour à Paris.
  • L’institution Education Nationale a soutenu le projet.

Déroulement du projet

Chronologies des activités

  • Leçon traditionnelle : J’ai commencé par faire une leçon traditionnelle sur la Première Guerre Mondiale.
  • Visite du cimetière : Puis, nous sommes allés au cimetière où se trouve le monument aux morts pour relever la liste des poilus.
    • Recherches en ligne : A partir de là, par groupe, les élèves ont effectué des recherches sur le site « Mémoire des hommes« . Sur 16 poilus, 15 fiches ont pu être retrouvées. L’adjudant Victor Ney reste encore à ce jour une énigme.
  • Usage de Twitter : Twitter est apparu comme un vecteur dynamique permettant à la classe de communiquer vers l’extérieur. Notre Twittclasse est née.
  • Mise en ligne des recherches : Nous avons mis en ligne nos recherches sur Twitter.
  • Contribution à une carte collaborative : Un animateur TICE ( Freda_73) nous a invité à compléter une carte collaborative. C’était exactement ce que je cherchais. Les élèves se sont rendus compte que la première Guerre Mondiale était une guerre de position localisée dans le nord-est de la France. L’amicale du 140 nous a suivi dès le départ et nous a permis d’éviter une erreur (lorsqu’une famille de Têche nous a prêté un drapeau qui s’est révélé être de la 2ème guerre mondiale ). Cette carte collaborative a permis de travailler les compétences en Histoire et celle du B2i concernant la production, le traitement et l’exploitation de données.
pédagogie de projet numérique, TICE
Carte collaborative (OpenStreetMap)
  • Visite des aînés du village : Lorsque les aînés du village (7) sont venus à l’école, le temps d’échange avec les élèves a été très riche : des objets (une gourde, un tableau avec des médailles), des lettres et autres cartes postales, un petit carnet rédigé au jour le jour pendant 4 ans par le père d’une participante, la localisation des maisons de tous les poilus (3 sont en face de l’école) et un retour au cimetière pour voir les tombes des soldats.
  • Poursuite des recherches : Nous avons continué nos recherches sur la Première Guerre Mondiale en lisant des albums, des documentaires empruntés à la bibliothèque intercommunale.
  • Lecture suivie : Nous avons étudié, en lecture suivie, « Le déserteur du Chemin des Dames ». Un déserteur débarque chez vous au beau milieu de la nuit…De cette hypothèse un brin subversive, Serge Boëche tire un huis clos original qui s’avère autant captivant que pédagogique sur la désastreuse offensive du 16 avril 1917.
  • Musique : Nous avons appris avec l’intervenante en musique la « Chanson de Craonne ».
  • Documentation : Et nous nous sommes beaucoup documentés sur l’Arc de Triomphe et la tombe du soldat inconnu puisque nous allions assister à la cérémonie du ravivage de la Flamme, le mardi 25 novembre 2014.
  • Participation à un défi scolaire : En parallèle, nous avons participé, par groupe, au défi scolaire « La grande Guerre  » proposé sur Webélèves par les animateurs TICE de l’Isère.
  • Participation à la cérémonie du ravivage de la Flamme : Tout ce travail commencé, dès la rentrée, a atteint son apogée lors du séjour qui a eu lieu entre le 24 et le 26 novembre 2014. Nous avons assisté à la cérémonie du ravivage de la Flamme en présence de la 22è promotion de l’école de Guerre Britannique, de l’UNC des Lilas et de Mme Bonneton, députée de notre circonscription. Nous étions très nombreux. Nous avons défilé sur les Champs-Elysées. Chaque élève a déposé une rose jaune sur la tombe du soldat inconnu (roses offertes par la trésorière de l’association « L’Isère à Paris ». Une dizaine de membres de cette association était présente à nos côtés lors de cette émouvante cérémonie). Nous avons chanté la Marseillaise. Un amiral britannique a serré la main des enfants et les a remerciés d’honorer la mémoire des soldats ce qui a ému aux larmes certains élèves.
  • Présentation du travail sur la plateforme Démotice : Le lendemain, nous avons présenté notre travail sur la plateforme Démotice. Par groupe de 2 ou 3, les élèves ont présenté le mur des Tweets, les Tweets que nous avions envoyé, un Tweet a été envoyé en direct, la carte collaborative et le défi scolaire.

Focus sur l’usage de Twitter : Une implication progressive des élèves

  • Twitter : ce réseau social, espace d’échanges de messages en 140 caractères maximum, est un vecteur dynamique et constant permettant la communication de la classe vers le milieu extérieur, quelque soit le thème.

L’utilisation de hashtags (mots clés) permet de recentrer cette communication vers le sujet de la première guerre mondiale intéressant la classe de Têche : #twittclasse et #stage1418.

  • Les tweets : Au départ, l’utilisation de Twitter a été impulsée par la maîtresse. Petit à petit, le groupe s’est approprié ce média en suggérant des tweets à envoyer pour expliquer, présenter des informations, demander des renseignements.
  • Le mur de tweets : Au début, toute la classe regardait tous les tweets qui arrivaient via le VPI avec une implication variable de la part des élèves. Depuis quelques temps, il y a une variante, quotidiennement, un groupe d’élèves (2 ou 3) se retrouvent pour regarder le mur des tweets : lecture, analyse, réponse ou non. Ce petit groupe présente ensuite son travail à toute la classe. Il en ressort très souvent une amorce pour le lendemain. De cette manière, tous les élèves sont acteurs et le projet a du sens pour tous.
  • Les actions des élèves ainsi que les idées proposées sont notées dans un cahier qui est consultable par tous. Ainsi, personne n’est oublié et surtout la parole et l’outil Twitter ne sont pas monopolisés par un petit groupe.
  • Les tweets sont préparés par des élèves seuls ou en petits groupes, permettant ainsi de différencier l’action.
  • Les élèves ont appris à limiter leur expression écrite à 140 caractères en faisant des choix sur le vocabulaire, la syntaxe, les règles de grammaire, l’importance des mots dans la phrase. Ceci les a obligés à développer leur capacité de synthèse

Analyse et résultats

Quel étrange postulat de départ que celui-ci  » mieux connaître le passé en servant d’un outil d’avenir ! ». Ce projet a permis à plusieurs générations de se retrouver autour de l’histoire de leur village. Grâce à ce projet innovant, les élèves ont appréhendé le patrimoine historique de leur village et un épisode de l’histoire de leur pays.

A lire également :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour consulter ou transférer le retour d’expérience au format PDF :

Pour télécharger notre Livre Blanc

Osons Innover vous est proposé par Madmagz, un site qui permet de créer des journaux scolaires au format web, pdf ou papier.