La classe de CE2 de l’École élémentaire Saint-Exupéry à Langon donne un sens au mot “apprendre”

Décourte - Approfondissement des connaissances scientifiques - Travail en collaboration
L’Espace – Les élèves de CE2 cherchent à percer le mystère de l’Univers

Les élèves de la classe de CE2 de l’École Saint-Exupéry de Langon (Académie de Bordeaux) ont endossé le rôle d’apprentis chercheurs dans le cadre d’un projet piloté par Amélie Vacher, professeure des écoles. L’objectif est ambitieux puisqu’il vise à donner du sens au mot “apprendre” en classe et en dehors. Témoignage d’Amélie Vacher.

Ce projet est en lice pour le Grand Prix Madmagz 2015 des Projets Pédagogiques Innovants

Points clés

  • Nom du projet : Apprentis chercheurs de l’apprendre
  • Projet pédagogique : inscrire les élèves dans une démarche de recherche dans le cadre d’un projet alliant apprentissage-plaisir en classe
  • Objectifs pédagogiques : responsabilisation des élèves, travail en collaboration, bien-être des élèves, approfondissement des connaissances scientifiques, compétences TICE
  • Responsable du projet : Amélie Vacher, professeure des écoles
  • Date du projet : Année scolaire 2015-2016, 9 mois
  • Établissement : École Saint-Exupéry, à Langon – Académie de Bordeaux
  • Niveau scolaire : CE2
  • Matières : Sciences (sciences humaines, neurosciences), lecture, écriture, TIC et autres matières au choix des élèves
  • Outils et ressources numériques : Twitter (twittclasse), blog WordPress, Skype (visioconférences), Madmagz.

Contexte

Le projet “Apprentis chercheurs de l’apprendre” est né du souhait et de la possibilité d’inscrire les élèves dans une démarche de recherche grâce au dispositif Les Savanturiers-L’école de la recherche. Il explore, à son niveau, la notion “d’apprendre à apprendre”.

“Ma participation à un projet Savanturiers sur les régions polaires, l’an dernier, a montré que l’attitude de recherche menée par des enfants et mentorée par un chercheur de métier, permettait non seulement aux enfants d’acquérir un esprit plus rationnel en sciences mais aussi de mieux s’investir en classe, de progresser en problèmes, lecture, rédaction et de se montrer plus curieux et autonomes chez eux”, explique Amélie Vacher. “Je souhaitais poursuivre dans cette voie et travailler cette année sur le lien apprentissage-plaisir en classe”.

Objectifs et activités principales

La base du projet est le développement du questionnement comme moyen de construction d’une pensée rationnelle en utilisant la curiosité naturelle des enfants et en l’encourageant. Les élèves testent leur motivation par rapport à l’apprentissage et développent leur réflexion par rapport à leurs façons d’apprendre.

A la fin du projet, ils devraient alors être capables d’agir sur leur propre apprentissage, à leur niveau, en fonction du développement métacognitif qu’ils auront acquis. Les outils et méthodes qu’ils auront créés pourront être réutilisés dans leur scolarité à venir et dans leur vie en général…

Concrètement, le projet cherche à la fois à donner du sens au mot « apprendre » :

  • En classe à travers des débats philosophiques (« Qu’est-ce qu’apprendre ? Pourquoi apprendre?  Qu’est-il important d’apprendre ? Comment apprend-on ici, ailleurs ? »…) et de la recherche-action basée sur la création, par les élèves, de situations d’apprentissage à thème qu’ils testeront pour en constater l’efficacité  : lien entre apprentissage-plaisir et déplaisir, apprentissage à travers les intelligences multiples, entre pairs…
  • En dehors de la classe (et de l’école) à travers une action citoyenne dont l’origine et l’action
  • est décidée et mise en œuvre par les élèves eux-mêmes sur le thème de la protection de l’environnement (dispositif Bâtisseurs de Possibles, SynLab).

Les enfants sont encouragés à travailler en groupes, se parler, s’écouter, débattre et argumenter pour construire leurs connaissances.

Ils utilisent les outils numériques comme moyen de recherche et de communication avec leurs parents, leurs partenaires, d’autres classes, (visioconférences) et toutes les personnes intéressées par leur travail.

Ils se servent également d’outils qu’ils aident la professeure à développer comme une boîte à questions (voir magazine Madmagz), un carnet de réussites (dans lequel ils notent leurs réussites scolaires, humaines et citoyennes à l’école et hors de l’école) ou une échelle d’apprentissage sur laquelle ils auto-évaluent leur niveau d’apprentissage.

Travail collaboratif - Outils numériques - Compétences TICE
Visio-conférence avec les élèves de la classe de CE2 de l’École Saint-Exupéry de Langon

Acteurs clés du projet

  • Amélie Vacher
  • François Taddei (CRI Paris)
  • Amélia Legavre (CRI Paris)

Étapes clés du projet

  • Période 1 : Créer un environnement d’apprentissage.
  • Période 2 : Définir l’apprentissage, délimiter un champ d’étude.
  • Période 3 : Définir l’apprentissage, rôle des contenus.
  • Période 4 : Pousser plus loin l’apprentissage, comment mieux apprendre ?
  • Période 5 : Pousser plus loin l’apprentissage, le rôle des interactions dans l’apprentissage.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les élèves travaillent en équipes
Les élèves travaillent en équipes

Principaux apports du projet

Ce projet permet :

  • de créer un espace de parole libre basé sur l’échange et le respect mutuel,
  • de voir la classe comme un lieu de bien-être où l’avis des enfants est pris en compte,
  • de donner du sens au mot et à l’activité d’apprendre,
  • d’utiliser les outils numériques, sources de motivation pour les enfants,
  • d’iinclure les familles dans l’avancée de nos recherches et de leur présenter nos productions collectives.

Il favorise :

  • la curiosité
  • la créativité
  • l’esprit critique
  • l’autonomie

Magazine

Vous trouverez ci-dessous le magazine du projet au format Madmagz (https://madmagz.com/magazine/600216). Il est en lice pour le Grand Prix Madmagz 2015 des Projets Pédagogiques Innovants.

Osons Innover vous est proposé par Madmagz, un site qui permet de créer des journaux scolaires au format web, PDF ou papier.